Elixalp | Spagyrie | Commander | Complexes | HG+| Ayurveda | Unitaires | Livres | Stages | Mon compte | Panier | Déconnecter

Unitaires, fiche détaillée de PERSICAIRE âcre

Pour pouvoir commander il faut d'abord s'identifier ou s'inscrire si c'est votre première visite

AB
U 130 - PERSICAIRE âcre

Flacon de 30 ml, 13 euros [S'identifier pour pouvoir commander]
Nom latin:
Polygonum hydropiper
Famille :
Polygonacées , Plante entière
Etymologie :
PERSICAIRE ÂCRE - Poivre d'eau ; Polygonum hydropiper. Polygonum, de polus : nombreux et de geum : odeur agréable qui se dégage ; gonu : genou, tiges noueuses. Hydropiper : plante aquatique qui a un goût de poivre. Signature : elle a sur les feuilles des taches rouges comme des gouttes de sang pour nous montrer qu'elles sont bonnes contre toutes les blessures et les pertes de sang. D'après Paracelse, elle convient aux plaies béantes des hommes et des bêtes, elle a une nature similaire à la chair blessée ; elle calme et guérit les grandes chaleurs, celles qui provoquent la mort comme les maux de tête, les "mania", les frénésies et leurs semblables. Ou bien quand le corps subit une maladie qui le consumme au point que rien ne peut le secourir. Elle est l'ultime moyen pour travailler de l'intérieur. Elle guérit aussi l'hydropisie et rend le sang plus coagulable, plus épais. Plante piquante (Méd. Chinoise).
Historique :
Persicaire âcre et brûlante dite Curage ou Poivre d'eau, ou aussi Renouée poivrée ou âcre, est une plante qui pousse aux lieux humides et auprès des eaux dormantes ; reconnaissable à sa tige rouge et ses feuilles vertes. Cette plante a un goût poivré ou brûlant ; elle contient beaucoup de sel âcre et de l'huile. Les feuilles sont chaudes et dessicatives. Elle est apéritive, incisive, résolutive, détersive, astringente, vulnéraire. Le Curage est très efficace dans l'affection hypocondriaque, le scorbut, les maux de rate, les tumeurs et les obstructions du mésentère. Son usage principal est externe contre les plaies, les tumeurs dures, les ulcères malins, invétérés et difficiles à guérir, en forme de cataplasme ou de décoction. Cette plante dissipe les enflures et les tumeurs oedémateuses des jambes, des cuisses et des autres parties en appliquant un peu chaudement l'herbe bouillie, ou des linges imbibés de la décoction. Le suc de l'herbe pilée fait mourir les vers des oreilles instillé dedans et nettoie les ulcères des hommes et des animaux ; et l'herbe pendue au cou d'un animal qui a une plaie ou un ulcère plein de vers les en chasse. Paracelse a décrit fort au long les vertus de cette plante qui sert spécialement pour la transplantation (translocation) des maladies surtout de celles par enchantement et les cures magnétiques ou magico-naturelles ; par exemple, on met à macérer de la Persicaire verte dans de l'eau, puis on met l'herbe sur la plaie ou sur l'ulcère jusqu'à ce qu'elle soit bien échauffée, et alors on l'enfouit dans du fumier pour la faire pourrir plus tôt, et les plaies se guérissent à mesure. Il en est de même pour guérir le mal de dents ; certains faisaient brûler ce qui reste du gargarisme et de la décoction qui avait servi à soigner, pour apaiser plus vite la douleur ; les plaies et les ulcères se guérissent à mesure que la plante pourrit, parce qu'elle attire à elle toute la malignité. Planis Campy assure que l'eau de Curage tirée par la distillation au Bain Marie des feuilles et sommités de cette plante, y ajoutant le sel tiré des cendres de l'herbe restée après la distillation avec de l'eau de pluie distillée, est excellente pour toutes sortes d'ulcères si malins et si invétérés qu'ils soient, même véroliques, toutes fistules, cancers, toutes plaies d'armes à feu, gangrène et mortifications de chair, ulcères de chevaux, etc. Le Curage pilé appliqué sur les vieux ulcères, en mange les chairs baveuses, et en nettoie la pourriture et les vers. Le Curage convient aux affections néphrétiques, et son eau cohobée plusieurs fois sur la plante récente, est un préservatif souverain et éprouvé par quelques Anglais contre le calcul. Persicaria, car les feuilles de cette plante sont semblables à celles du Pêcher. Hydropiper, de aqua et piper : plante aquatique qui a un goût de poivre.
Propriétés classiques :
GRAND HÉMOSTATIQUE, antirhumatismal, diurétique, hypotenseur, anticancer, antihémorroïdaire.
Indications classiques :
Hémorragies internes, vomissements et crachats sanguins (hémoptysie), métrorragies, hémorragies génitales, hémorroïdes sanguinolentes, migraine.
Précautions :
Anthroposophie :
La teneur en tanins, en acide oxalique et en anthraquinones indique que ces plantes peuvent être secourables lorsque le métabolisme est languissant ou stoppé.
Salerne :
Relations
psycho-émotionnelles :

BESOIN DE DÉVERSER SES MANIA DANS AUTRUI TOUT EN GAGNANT SA CONFIANCE

L'amour immodéré, béant, de soi a fini par remplir l'aire vitale de manies jusqu'à l'infester de toutes sortes de créatures fantasmagoriques, la chair continuellement blessée. Le besoin de se déverser, de se libérer de toutes sortes d'accumulations fait qu'on parvient par divers tours de force à gagner la confiance d'autrui pour mieux s'immiscer jusque dans son coeur. Dans cette relation de confiance et de douceur apparentes la victime est piquée sans prévenir. Polygonum hydropiper spagyrique est l'Elixir des "doux qui piquent" qui mériteraient qu'on leur lance un sceau d'eau glacée. C'est l'Elixir qui guérit les plaies qui ne cicatrisent pas.

Repères en Spagyrie :
Allergie, rhume des foins, cholestérol, ovaires, régulation mentale, agressivité, colère, sympathicotonie, problèmes de latéralité.
Retour catalogue unitaires

Cette fiche est extraite du livre de Toni CERON: "Référence thérapeutique de 214 Elixirs" aux Editions Col du Feu (32 euros franco de port pour la France)
ayu Pour commander par courrier, téléchargez le bon de commande Elixalp Bon de commande Elixalp

 

Conditions générales de vente (Elixalp/ColDuFeu) - Mentions légales - Protection des données personnelles - Contact
ELIXALP & Editions Col du Feu, Toni Ceron, 2451 route du col du feu, 74550 Orcier (France), +33 450 73 93 31, labo@elixalp.com